Forum rpg fantastique. Ecrivez votre histoire et entrez dans l'histoire!
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Une lame de légende ... [ Solo - Terminé ]

Aller en bas 
AuteurMessage
Sunsay l'écarlate

avatar

Messages : 71
Date d'inscription : 16/08/2010

MessageSujet: Une lame de légende ... [ Solo - Terminé ]   Sam 29 Jan - 0:56

[ HRP ] Le rp se passe suite au rp à Shaanar [ /HRP ]

La monture que j'avais loué dans la matinée commençait à s'essouffler, et peinait à maintenir la cadence. Il fallait dire que j'avais multiplié les trajet jusqu'à présent. Cette dernière rendis l’âme peu de temps après, j'étais bon pour dédommager le propriétaire à mon retour. Mais cela ne me serais totalement égal, si je parvenais à mettre la main sur cet acier de légende. Alors que je continuais ma route à pieds, emportant ce que je pouvais du chargement de la bête, je la laissais à son triste sort, repensant aux évènements précédant celui ci depuis le début de la journée.

~ Flash back - Début ~

La masure de Lomeris était plutôt immense dans son genre. On était loin de la petite forge perdue dans la campagne. Une large colonne de fumée sortait de la cheminée, signe que le maître était à l'ouvrage, ou allait bientôt l'être. Je m'avançais jusqu'à la porte avant de frapper de ma main gantée d'acier pour être sur que le son porte assez dans le grand bâtiment. quelques instants plus tard, la porte s’entrebâilla et un homme jeta un oeil sur ma personne avant de me claquer la porte au nez, sans le moindre mot. Comme offusqué par cette impolitesse flagrante, je frappais de nouveau, mais cette fois avec plus d'insistance. L'homme mis plusieures minutes avant de finir par venir ouvrir de nouveau. Sans même me laisser dire un mot, il pris la parole.

" Je ne reçoit pas les représentants en quoi que ce soit, les types louches, ou encore pire, les types dans ton genre ... qu'est ce que tu viens faire là ... ? ... Et laisse moi te dire que t'a intérêt à avoir une bonne raison de me déranger ... "

Le forgeron avait brandi son marteau en ma direction, comme si ce dernier était aussi léger que l'air. La force qu'il semblait pouvoir développer était immense à en juger la taille de l'outil. J'expliquais rapidement mon problème: malgré le fait que ma lame actuelle soit tout à fait potable l'ors d'un combat conventionnel, à la vitesse où je l'utilisais, me servir d'une barre de fer aurait presque le même effet, et j'avais donc besoin du génie du forgeron émérite pour trouver une manière de renforcer mon arme, sans pour autant la rendre plus fragile. J'allais dégainer mon sabre pour lui montrer lorsqu’il posa sa main sur la garde, bloquant ainsi sa sortie.
Il m'indiqua ensuite une porte avant de s'y engouffrer sans un mot de plus. Instinctivement, je le suivais, sans même savoir où tout cela allait me mener, mais avec la ferme intention d'obtenir au moins une évaluation de sa part.

Au bout du couloir, je put découvrir l'endroit: un large dojo illuminé par les rayons du soleil qui traversaient les vitres se trouvant en hauteur, sur un pan du toit. Les murs quand à eux étaient remplis de râteliers d'armes diverses et variées. J'avais effectivement entendu qu'il savais se servir d'un nombre d'arme impressionnant, mais le chiffre ici présent aurais été impossible à déterminer tant les objets de morts étaient en grand nombre. Il s’approcha de l'un d'eux et en tira une claymore avant de se mettre en garde, face à moi.


" Ce n'est qu'au combat que je saurais si je doit te préparer un cure-dent ou une vraie lame ... C'est ici aussi que j'en apprendrais le plus sur celle qui t'accompagne ... "

Un affrontement avec le grand Lomeris ? J'en avais la bouche sèche, les genoux fragiles et les mains tremblantes de peur et d’excitation mêlées. Même si je devais me prendre une cuisante défaite, je me devais d'accepter ce défi, car l'occasion ne se présenterais peut être jamais plus. J'affichais alors un léger sourire avant de dégainer mon arme à mon tour. Ce n'était plus du tout réfléchit, les moindres mouvements que je faisaient étaient tous régis par l'instinct, comme embrumé par l’appréhension d'une telle rixe.
Le grand forgeron guerrier ne semblait pas vouloir attaquer le premier, surement pour jauger mon niveau, je faisais donc le premier assaut miens, fonçant vers ce dernier l'arme à la main. Il n'était pas arrivé là en se reposant sur ses lauriers et il était probable qu'il s’entraîne encore beaucoup. Et même si ce n'était pas le cas, le fait de manier le marteau au dessus de l'enclume suffisait à le garder en forme. Je frappais donc le premier d'un coup d'estoc, Lomeris, quant à lui, dévia l'attaque avec sa lourde lame avant de pivoter sur lui même pour venir frapper du plat de sa claymore l'arrière de mon crane, m'envoyant m'écraser un peu plus loin dans un râtelier.
Je pouvais à présent entrevoir la puissance de cet homme et sa réputation n'était pas usurpée. Je me relevais avec difficulté, et me remettais en garde. Le maître-forgeron porta à son tour une attaque, je me devais de le contrer à mon tour si je devais espérer la moindre entrevue avec cet homme. Je ramenais mon sabre au niveau de mes yeux, tranchant vers le haut, et attendais l'attaque de mon adversaire, laissant échapper quelques étincelles bleutées sur ma lame. Il frappa de nouveau du plat de sa lame, à une vitesse éblouissante vu la résistance à l'air à laquelle il s'opposait. À ce moment, je n'avais pas réellement compris ce qu'il s'était passé, j'avais bien déchargé la foudre sur lui mais il ne s'était même pas ralenti, abattant le plat sur mon front. Une technique d'un si petit niveau n'avais pas le moindre effet sur lui, tout du moins, il était aisé de l'endurer pour un vétéran comme lui. De mon côté, j'avais amorti le choc comme j'avais pu, utilisant ma vitesse naturelle pour tenter de me rapprocher ce celle de la lame de Lomeris, en vain à en juger la douleur qui me lancinait à présent la tête.

D'un bond en arrière, je me remettais en garde, secouant la tête de gauche à droite pour retrouver mes esprits. Lomeris était un grand guerrier, c'était un fait, mais niveau magie, il n'était pas aussi puissant avec n'importe quel objet dans ses mains. Il fallait que je joue sur ce point pour tenter de l'emporter. Le forgeron semblait blasé par ce combat qui paraissait joué d'avance. Je plaçais ma lame devant la paume de ma main gauche avant d'y insuffler la foudre et de recouvrir totalement le tranchant de l'arme et ainsi augmenter son efficacité. Lomeris haussa les yeux, puis les épaule, comme si la surprise avait été rapidement remplacée par le désintéressement. Me concentrant alors sur mon élément pour augmenter ma vitesse, je retournais à l'assaut, plus déterminé que jamais à prouver ma valeur. Dans ces conditions, je prenais un léger avantage stratégique. Mon opposant était obliger de multiplier ses mouvements pour que mon sabre ne traverse pas en profondeur l'acier de la claymore et ne la fragilise trop vite. Ma vitesse quand à elle rendais les opportunités moins fréquentes pour mon adversaire, qui trouvait tout de même le moyen de tenter de m'assommer assez souvent pour me mettre plusieurs fois en difficultés. Cela continua quelques minutes avant que je ne commence à m'essouffler. L'arme de mon adversaire semblait fragilisée par les nombreuses entailles que je lui avait faites mais son porteur était encore indemne et n'avais pas eu recours à la magie, qu'il n'ai pu ou voulu telle était la question. Une seule chose était sure, pas un seul de mes coups n'avaient portés jusqu'à lui. Je relâchais alors l'énergie qui parcourais mon sabre, et prenant de l’élan pour mon attaque, je m'élançais vers Lomeris. La lame rotative aurais peut être raison de la lame ébréchée que tenais ma cible. alors que les lames s’entrechoquaient à plusieurs reprises, la claymore céda.


* J'ai gagné ! *

Alors que tout semblait indiquer que j'allais enfin toucher mon adversaire, je vis une masse noire s'approcher de moi, puis plus rien.

Quand la lumière revint à nouveau mes yeux, j'étais toujours allongé dans le dojo, Lomeris assis en tailleur, son marteau de forgeron posé à côté de lui. Ce dernier semblait être cette fameuse " masse noire " à en juger par mon sang sur l'outil. il avait surement sorti ce dernier quand son arme s'était brisée. Je me redressais, passant ma main sur mon front, comme pour chasser la douleur, avant d'ajouter, regardant le sol devant moi.


" Je suppose que j'ai échoué à ton espèce de test, hein ... ? Bah ... je trouverais un autre moyen de devenir plus - "
" Non, tu t'est plutôt bien défendu ... pour un élémentaliste ... Passe moi ta lame, je vais voir ce que je peux en faire ..."

Je souriais sans être vraiment heureux. J'aurais espéré faire meilleure impression sur mon adversaire, plutôt que de perdre lamentablement. Si tenir aussi longtemps debout contre une telle légende était déjà un exploit en soi, j'avais plus eu l'impression qu'il s'était retenu durant toute la rixe pour ne pas me blesser trop gravement. Je laissais donc mon arme entre les mains du forgerons émérite avant qu'il ne n’emmène vers sa bibliothèque pour patienter. C'était impressionnant le nombre d'ouvrages qui concernaient les arts de la guerre, la forge et les armes. je me saisissait d'un livre au hasard avant de commencer à le feuilleter. Ce dernier portait sur les grandes lames de ce monde, dont la plupart d'ailleurs avaient étés forgées par celui qui avait entre les mains la mienne. Un partie de ce livre abordait le sujet de ce qu'il appelait " les grandes lames " des oeuvres forgées durant l'ancien temps et dont la puissance défier l'entendement. Jusqu'à présent, personne n'avais réussi à égaler le génie de ces épées ( ici le livre ne parle pas de celle de Sombrario, surement créée après la sortie de l'ouvrage ). Je lisais chaque mot de cette partie, me délectant de la puissance légendaire de ces lames uniques. Lomeris entra alors dans la pièce, un air plutôt grave sur le visage. De mon côté, prendre connaissance que de telles armes existaient occultaient tout jugement présent.

" Je viens de lire ce truc sur les lames légendaires ... Tu ne saurais pas où je peut trouver l'une d'elle ... ?"
" Hum ... Possible ... Pour ton sabre, maintenant que je l'ai eu entre les mains je vois bien duquel il s'agit, je l'ai moi même forgé et avais été déçu du résultat. À mon avis, le seul moyen de la renforcer serait de la renforcer avec de la cristalite, une roche de Karelkos, se situant entre le cristal, la roche et l'acier."
" Possible ... ? C'est à dire ... ? "
" J'ai bien des informations quant à l'emplacement de l'une d'elles, mais ce n'est pas pour ça que je la partagerais avec toi gratuitement ... Mon stock de cristalite est au plus bas en ce moment, et je vais utiliser le reste pour ton arme. Si tu m'en ramène assez, je pourrais décider de laisser filtrer une info ou deux ... "
" Il te faudrait environs combien de minerais ... ? "
" Le plus possible ... "

L'homme me donna alors une carte avec un emplacement au nord d'un grand lac près de la cordillère de Karelkos et retourna à sa forge. De mon côté, j'étais déjà sorti et me dirigeais vers le loueur de montures afin de transporter un maximum de ressources en un seul voyage.
Je commençait à apercevoir la chaîne montagneuse de Karelkos au loin. D'après la carte, je n'avais qu'à avancer vers le Nord-Est jusqu'à tomber sur le lac Ephysia dans la montagne. Une fois rendu là-bas, il me suffirais de me tourner au sud et de ramasser au sol la roche cristalline. Autant dire une promenade de santé, du moins dans les grandes lignes. J'empruntais donc la route principale aménagée à cet effet dans la montagne qui montait jusqu'aux sources chaudes. Durant le trajet jusqu'au lac, je me sentais épié, comme traqué par quelqu'un ou par un quelconque prédateur montagnard. Toutefois, ce dernier ne se montra pas et cela ne me dérangeais pas le moins du monde. Même si cela n'avait été qu'une fausse impression, combattre alors que ce n'est pas mon objectif, était quelque chose que j’évitais, à moins que je ne doive passer par là pour atteindre mon but.
J'arrivais enfin à bon port, le lac magnifique qui s'offrait à mes yeux. Aussitôt, je contournais le plan d'eau pour atteindre le flanc sud de l'endroit et regardais au sol. Lomeris avait dit vrai, le sol en était jonché. La roche était bien étrange quand on y regardait de plus près: c'était effectivement de la pierre mais semblait aussi fragile que le cristal, et d'après le maître forgeron, pouvais être travaillé de la même manière que le métal. Je commençais alors ma besogne sous les yeux intrigués des quelques pécheurs du lac.

Le jour était tombé alors que je posais la dernière ressource dans la besace de ma monture et tirais sur la bride pour la guider sur les sentiers sinueux de la montagne. C'est alors que la première frappa. Une gigantesque bête galiènne venait de bondir hors de l'orée pour tenter de me trancher en deux de l'une de ses pattes griffues. j'esquivais en arrière, mais recevais tout de même une belle balafre sur le torse. Le monstre poilu qui me faisait face devait bien atteindre les deux mètres de haut alors qu'il se trouvait en position quatre pattes, et semblait bien plus impressionnant de mon point de vue alors que j'étais le cul par terre. Ce dernier commençait à montrer les crocs et s'avançait vers moi. D'un geste réflexe, je frappais de ma griffe chargée de foudre la gueule de la créature qui recula sous le coup. En un bond, j'étais sur la monture qui était restée tétanisée de peur sur place. Au diable la prudence, je donnais deux coups secs sur ses flans et nous étions partis à toute vitesse sur les sentiers. En jetant un oeil derrière moi, je pouvait constater que la bête galliènne nous poursuivait, plus enragée que jamais et il fallait la comprendre: j'avais balafré son visage ainsi que l'un de ses yeux avec mon armature métallique. Ses pas lourds se rapprochaient et je commençais à envoyer quelques sphères de foudre pour la ralentir. peine perdue, même si elle faisait quelques zig-zag pour esquiver mes attaques, la distance continuait de se réduire à une vitesse folle. Mes yeux se posèrent alors sur les sacoches pleines de minerais. je me saisissais de l'une d'entre elles avant de l'envoyer vers la créature qui esquiva de nouveau. Mais sa surprise fut ce qui arriva ensuite: La boule de foudre la frappa au visage, cautérisant la plaie béante faite un peu plus tôt. La créature poile se stoppa, secoua la tête avant de hurler sous la lueur de la lune.
Aussitôt, d'autres se firent entendre et c'était maintenant à la meute que j'avais affaire. Quatre, non, cinq monstres me poursuivaient à présent. Je faisait ce que je pouvais pour les ralentir, tranchant quelques arbres, aidé par ma foudre, sur le chemin pour les forcer à faire un détour, ou encore attaquant l'extérieur du groupe pour les pousser à se bousculer.

Je pensait que tout allait s’arrêter ici, mon voyage et ma vie, alors que le sable du désert commençait à apparaître au sol. Mais l'impensable se passa: ma monture épuisée commençait à prendre de la distance par rapports aux prédateurs. En effet, le sable ne leur procurait pas un appuis sûr comme la roche, mais laissait leurs griffes s'enfoncer et donc les rendre moins rapides alors que mon destrier ne paraissait avantagé dans aucun environnement, en faisant de lui quelqu'un de polyvalent, peu importe le terrain.
Je soufflais un peu, soulagé de ne pas à avoir affronter de tels monstres et rendais à mon moyen de locomotion un rythme moins soutenu jusqu'à Shaanar.


" Tu en a ramené un grand nombre effectivement ... Mais ... "
" Mais ... ? "
" Il en manque encore un peu pour que je daigne te donner l'information que tu souhaite ... Remarque, je peux toujours refondre ton arme et récupérer le minerais mais elle deviendra inutiliseable ... "
" Alors dans ce cas ... Je garde mon épée ... J'ai vécu trop de choses avec elle ... Je vais pas la lâcher comme ça. Je trouverais des infos sur ces armes de légendes autrement ... "
" ... Le lac Ephysia ... "
" Quoi le lac ? "
" Tout au fond ... Solstus y repose à ce qu'on dit. C'est d'ailleurs cette dernière qui est à l'origine de cette roche. Quand elle a été projetée depuis la tour d'inversement du ciel et de la terre, elle frôla la roche à une vitesse folle qu'elle en changea la composition par la chaleur dégagée. "
" Pourquoi tu me raconte tout ça maintenant ... ? "
" Parce que tu m'a prouvé qu'on pouvait te confier une lame sans le regretter par la suite. Rhapsodie a beau être un raté de ma forge, elle n'est pas moins une lame plus que digne de servir, et tu l'a prouvé au combat. Tu aurais accepté de l'abandonner, je t'aurais envoyé te perdre dans la foret de Silara ou un autre endroit du genre où tu n'aurais pas fait long feu."
" Rhapsodie ... ? "
" Oui c'est le nom que je lui avait donné à l'époque ... Je m'en suis souvenu en la retravaillant ..."
* Ce type donne un nom à chacune de ses lames ... ? Nan, pire ... Il arrive à se souvenir de tous ... ? *

L'homme se saisit d'une arme enroulée dans du tissu avant de me la lancer. C'était mon sabre. En le sortant de son fourneau, je comprenais rapidement ce qui avait été amélioré: le poids. L'arme semblait bien légère dans ma main comparé à d'habitude et les reflets cristallins de la lame n'étaient pas désagréables à l'oeil. Je remerciais Lomeris avant de reprendre la route inverse, direction la cordillère de Karelkos.

~ Fin du Flash Back ~

Je marchais donc sur les petits sentiers menant à la grande route, me voyant déjà en train de repêcher l'épée de légende. Mais un large barricade me bloquait la route: - Attaque de monstres récentes, route fermée pour votre sécurité. -. Me voila bien ... J'avais réussi à échapper aux bêtes sauvages de la région, et maintenant je ne pouvais plus tenter à nouveau ma chance, parce que les gardes de la région avaient bloqué la route à cause des mêmes créatures. Je ne pouvais attendre plus longtemps, mon excitation était déjà au maximum. Je décidait donc de contourner la barricade, optant pour l'escalade du flanc sud, vu que je n'avais aucune envie de recroiser pour le moment ces bestioles.
La roche escarpée de la montagne rendait à la fois difficile la progression, mais également facile en multipliant les prises pour ma main gauche, protégée par l'acier du gantelet. Je ne visais bien évidement pas le sommet mais une petite partie entre deux montagnes, bien plus basse pour passer la cordillère de Karelkos. La progression me prit le reste de la nuit pour arriver enfin à mon but. J'étais assis en haut de l'entre-deux montagnes, regardant se lever le soleil par delà leurs cimes et se refléter à la surface calme du lac. À mes pieds, se trouvais la roche convoitée par le maître forgeron et cela me rappela ce qu'il avait dit au sujet de la création de cette roche. En observant autour de moi, j'avais même l'impression que tout la montagne avait été fendue par l'épée légendaire. Je me dirigeais alors vers le lac avant de m'assoir à nouveau à son bord, déversant ce que j'avais pris sur la monture.


" Bon ... Y'a pas grand chose ... pas mal de corde, de la nourriture, enfin y'avais de la nourriture, et des bricoles qui servirons à rien et bien sur deux magnifiques sacoches, dont une doublée en croco ou de je sais quel animal à écailles ... "

Je m'étais saisi des vivres pour l'ingérer, histoire de me rendre un peu d’énergie, tout en regardant le reste des objets en ma présence, éspérant que je puisse les utiliser pour aller au fond du lac. Car aller au fond ne serait pas si dur quand on y pense, il me suffirais de me charger d'un peu de minerais pour descendre. Mais pour respirer ce serait autre chose. Je shootais alors de colère après mon impuissance dans le sac en croco qui alla se poser sur le lac, et aussi étrange que cela puisse paraître, il flottait. Je sautais dans l'eau pour le récupérer, puisque dans ces conditions il serait plus qu'utile. J’attachais la corde à un arbre solide avant de nouer l'autre extrémité à ma taille et chargeais la seconde sacoche de pierres diverses, en évitant la cristalite étant donnée qu'elle avait plus de valeur que la vulgaire roche de la montagne. Ainsi préparé, je fit un premier essai pour vérifier ma théorie, plaçant la sacoche au dessus de ma tête avant de m'enfoncer jusqu'au cou, puis bien au dessous du niveau de l'eau.

" Je le savais ! Cette saleté de sac est étanche à cause des écailles ! j'aurais donc une petite réserve d'air ... Par contre je crois que quelqu'un a du oublier un fromage à l’intérieur pendant au moins trois mois vu l'odeur que je me tape ... "

Remontant à la surface pour renouveler l'air, je recommençais cette fois la descente en silence, pour économiser un maximum la précieuse réserve. Plus je m'enfonçait, et plus le froid des abysses venait me frigorifier. Je passait de temps en temps ma tête sous l'eau pour essayer de distinguer quelque chose mais tout ce que je voyait, c'est que cela descendait profond, très profond. Mais bientôt, l'eau se fit plus chaude et un peu plus claire. Intrigué par la chose, je regardais à nouveau sous l'eau et ce que je vit me fit chaud au coeur. Même recouverte de mousse marine, pour pouvais facilement deviner la forme d'une épée massive, et il y avait peu de chances pour que le lac serve de décharge pour les chevalier déchus. Je m’approchais en sa direction quand ma taille fût retenue par la corde. quelques mètres et je pouvais l'agripper. Je me saisissait de mon sabre avant de le planter là où je me trouvais, et y attachait fermement la corde. De toute manière, si personne ne tirais là haut dessus, elle resterais en place. J'étais maintenant très proche, et la chaleur dégagée aurais pu me faire croire que je me trouvais à la surface tant elle était intense. Je me saisissais de le manche avec une main, l'autre tenant encore le sac de respiration improvisé. Elle ne semblait pas vouloir bouger. J’attrapais donc la besace avec mes dents, laissant ainsi mon nez au dessus du niveau et prenais de ma main gantée le haut de la garde, côté lame pour tenter de la basculer dans le sens du tranchant. Elle ne sortait pas vraiment du fond marin, mais l'entaillait de plus en plus sur les côté avec mes mouvements répétés avec lesquels j'associait ma vitesse pour en amplifier la puissance sous l'eau qui ralentissait mes mouvements. Bientôt, la roche fut fendue assez pour se rompre et libérer un pan du tranchant, laissant libre d'aller et venir l'épée de légende. À ma grande surprise, cette dernière semblait légère, presque autant que mon sabre, malgré son imposante stature.

* C'est quoi ça ... ? *

J'avais senti large courant d'eau se déplacer autour de moi. J'inspirais à fond, brandissais la lame sacrée d'une main et relâchais la réserve d'air pour libérer ma vue. Un immense lanternon se trouvait en face de moi, éclairant la zone de sa loupiote accrochée à son front. Ses dents luisaient à cette lumière jaunâtre et ne m'inspiraient guère. Je sautais en avant ( les pierres de la sacoche me maintienne au fond de l'eau ) avant d’asséner un coup de l'objet de légende que j'avais en main. Ou du moins c'était se qui était prévu. Au dernier moment, l'épée devint trop lourde pour être soulevée par mes bras. Non, ce n'était pas ça ... L'épée elle même ne voulait pas être utilisée, figeant mon mouvement de bras à chaque attaque. Je plongeait sur le côté pour éviter de me faire avaler en direction de Rhapsodie qui était toujours accroché à la corde. Alors que je bloquais Solstus entre mon dos et ma ceinture ( la mousse empêche pour beaucoup de l'entailler ^^ ), je me saisissait de la corde et de mon sabre par la même occasion. Le monstre marin venait à nouveau au contact. Je lâchais alors le sac de pierres, sautais, et tirais en même temps sur le cordage pour me hisser plus haut. La créature marine alla s'écraser à l'endroit où je me trouvais quelques secondes plus tôt, son grelot lumineux gigotant autour de moi. Par un réflexe d'agacement, je donnais un coup de sabre dans ce dernier, colorant peu à peu la lumière diffusée d'un rouge écarlate. Rangeant mon sabre dans son fourreau, je me saisissais de la corde à deux main de faisais tout mon possible pour remonter. Il était hors de question que je meure après tant d'efforts.
Je me hissais hors de l'eau. Ma gorge me faisais mal et j'avais l'impression que mes poumons allaient exploser. En m'écroulant contre la berge, j’attirai l’attention d'un pêcheur matinal qui vint à mon secours pour m'aider à faire la transition depuis les profondeurs sans pour autant trépasser. Une fois en état de marcher normalement, je lui remettais ma bourse quasi pleine, gardant à peine de quoi vivre deux~trois jours et de quoi rembourser la monture décédée dans le désert. Ma vie valait au moins cela à mes yeux et je me devais de le remercier. Je me remettait de mes émotions quelques temps avant de reprendre la route qui avait été réouverte après une petite battue exercée par les forces des gardes de la région assistés de quelques mercenaires. Je devais avoir l'air ridicule avec mon épée en mousse ( bah oui elle en est recouverte xD ), mais cela m'étais totalement égal. J'avais mis la main sur une arme d'une puissance titanesque, quand bien même je n'ait pas la moindre idée de comment m'en servir, et je marchais un large sourire au lèvres. La journée qui commençait ne pouvait plus être mauvaise. Peu importe les embûches qui m'arriveraient. Je me rendais donc chez Lomeris pour le remercier et afin d'en apprendre plus sur la réaction étrange que l'arme légendaire avait eue sous l'eau ... et surtout d’apprendre comment ne plus reproduire cette situation ...



[ HRP ] Voila ^^ reste plus qu'à savoir si c'est suffisant pour le staff pour l'obtention de Solstus et que ce message est mon 15 eme et que donc j’atteins le rang 2 sur ce message ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Fondateur



Messages : 353
Date d'inscription : 20/12/2009

MessageSujet: Re: Une lame de légende ... [ Solo - Terminé ]   Dim 30 Jan - 20:17

Et bien récupération de Solstus validée, tu en es donc désormais l'heureux propriétaire. N'oublies pas que tu ne sais pas du tout t'en servir dans l'état actuelle vu que tu n'as pas le maniement des Grandes Epées.

Passage au rang 2 validé également, félicitation! Files préparer tes compétences de rang 2 à leur jugement.

Concernant l'évaluation du rp...560 xp. Faut que vous arrêtiez les rp de plus de 100 lignes là les gens parce qu'on va encore devoir durcir la notation des rps là...

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Une lame de légende ... [ Solo - Terminé ]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Arrivé a Jadielle...Mouillé...(Solo) [TERMINÉ]
» Un soupir vient souvent d'un souvenir ... [solo, terminé]
» Un anniversaire, une nostalgie [Solo] [Terminé]
» Série de meurtre en Mavreah [Rp solo terminée]
» [Quête] A voleur, voleur et demi - Solo - [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kyrion rpg :: Archives :: Archives v1-
Sauter vers: